Et maintenant ?

Maintenant que l’on a décroché le CRPE, maintenant que l’on a fêté ça comme il le fallait, on fait quoi ? Concrètement ?

Plus je vais sur les réseaux sociaux et plus je me rends compte de la chance que j’ai d’avoir fréquenté l’école de si près pendant trois ans. J’en connais énormément et ça ne sera que moins d’angoisse quand la rentrée approchera parce que je sais que j’aurai fait et préparé tout ce qu’il fallait pour qu’elle se déroule au mieux. Mais quand je vois certaines personnes en reconversion professionnelle ou simplement en sortant d’études mais sans mon expérience qui plongent dans cette nouvelle aventure les yeux fermés et déjà le ventre noué, je me dis qu’un coup de pouce, un rappel pourra en aider et en rassurer certaines (oui, soyons honnête je n’ai pas croisé beaucoup d’hommes par ici ? :P)

En premier, il va falloir faire nos vœux et attendre les affectations mais elles sont déjà arrivées dans certaines académies et l’heure des premières préparations a déjà sonné pour quelques PES 😀 Et c’est LA que le vrai problème arrive : par où commencer ??

Tout d’abord, je voudrai vous présenter ma bible, ma trouvaille juste absolument géniale : « Réussir sa classe tous les jours… ou presque ! » Je l’ai acheté trois fois rien à une étudiante qui abandonnait l’aventure et je la remercie encore.

Je n’ai pas la chance d’avoir la dernière édition alors certains textes ne sont plus vraiment à jour mais l’essentiel n’a pas du bouger et en tout cas, il me convient. J’ai réussi à trouver sur un autre blog un format PDF, pas extra et pas la dernière édition non plus mais pour vous faire une idée et dénicher de super conseils vitaux, c’est déjà pas mal ! 😀

« Réussir sa classe tous les jours… ou presque » PDF 

Grâce à mon expérience et surtout à ce petit livre, j’ai commencé à me créer des listes de choses à faire. Tout d’abord, deux fiches d’informations VITALES à obtenir avant la rentrée, lors de la première rencontre avec son directeur puis surtout son binôme. J’ai essayé d’être le plus exhaustive possible mais si vous voyez des oublis je suis toute ouïe !

Informations école                                                                         Information classe

 2            Capture

 Une fois ces précieuses informations récoltées, évidemment l’aventure continue et pas des moindres. Nous n’aurons plus qu’à télécharger les programmes ici pour l’élémentaire et par là pour la maternelle ! A partir de là, il va falloir se créer des programmations et progressions sur l’année, les trimestres, les périodes et jusqu’à la semaine. Evidemment, nous arrivons une année un peu particulière puisque les nouveaux programmes rentrent à peine en vigueur et les ressources sont donc beaucoup moins nombreuses que pour les années précédentes mais je suis persuadée que l’on va rapidement pouvoir trouver énormément de choses toutes prêtes. Lorsque j’aurai une idée de mon niveau, je vous informerai de mes recherches et trouvailles sur un nouvel article 😉 Nous avons la chance d’avoir accès à des tonnes et des tonnes de ressources alors ne nous en privons pas MÊME SI ! Il est primordiale de se les approprier ! Notre liberté pédagogique nous laisse le choix mais il faut le faire, notre métier ne nous permet pas de prendre et d’appliquer bêtement, chaque classe est différentes, a sa propre dynamique et nous serons les seuls à savoir si cela pourrait ou non fonctionner avec nos montres…

Les progressions établissent l’ordre des apprentissages, une certaines progressivité en fonction des notions et des étapes à franchir. On n’abordera pas à n’importe quelle période le Complément Circonstanciel avec les CE2, il y aura d’autres notions à maîtriser avant comme Sujet-Verbe par exemple. Les blogs ET les manuels pédagogiques sont vos amis pour ça et vous en propose dans chaque discipline. Les progressions déterminent un enchaînement précis des séquences, de façon à éviter l’empilement et la juxtaposition des notions. Elle ménage également des temps de synthèses qui permettent de dresser avec es élèves le bilan des acquis entre les séquences.

La programmation s’intéresse à la chronologie réelle. Je m’explique une fois les différentes étapes établies, il faut les placer sur l’année : les programmer. Pour cela, il faut prendre en compte les périodes (on parle de 5 périodes sur l’année, c’est le découpage entre les vacances, la première période est de Septembre aux vacances de la Toussaint, la troisième de Noël aux vacances de Février etc…), on ne peut pas couper une séquence d’apprentissage par des semaines de vacances. Malheureusement, la programmation ne peut s’établir qu’en fonction de la classe et de ses spécificités car il faut être capable de varier le rythme des apprentissages en fonction des réactions des élèves, de leurs difficultés ou leur facilités… Ce n’est pas évident hein ? Mais c’est une première approche pour que chacun maîtrise les bons termes. N’hésitez pas à poser davantage de questions si besoin, je suis là pour ça 😀

Avant ou après cette étape de progressions/programmation, il faudra penser à établir votre emploi du temps hebdomadaire. Il fait parti des documents obligatoirement affichés en classe, je reviens dessus ici (lien en cour de construction) 😉 Votre emploi du temps prendra en compte la répartition des matières avec votre binôme, des obligations extérieures à votre classe (créneaux EPS, piscine, intervenants extérieurs, projets…) et des horaires établies par l’EN ici.

Enfin vous pourrez commencer à préparer véritablement la classe, à créer des vrais séances. Un petit conseil, pour donner une certaine fluidité et cohérence à vos cours, il est préférable de ne pas créer vos séances une par une mais des séquences complètes de la découverte de la notion à l’évaluation. Cela vous permet d’avoir une vision globale sur les différentes étapes des élèves et d’aller plus vite ou moins vite en fonction de leurs réactions. Je vous propose mon modèle de fiche de séquence et de séance. Il me semble que tous les éléments obligatoires y sont présents. J’ai choisi une disposition en tableau et très colorée mais ce n’est qu’un choix personnel. Il existe une infinité d’exemples et de modèles différents sur internet, certains enseignants préfèrent tout rédiger de manière linéaire, d’autres les tableaux très concis. C’est un choix et une manière de travailler différente.


Je vais m’arrêter là pour aujourd’hui mais j’attends vos remarques, si vous avez des questions sur la mise en place, comment, pourquoi ? D’autres documents ? Si ça a pu vous éclairer ou pas ? A vos claviers !


 

 

 

 

 

Publicités

Paperasse et compagnie…

Il fallait s’en douter, l’obtention du CRPE n’était que le premier obstacle sur mon chemin vers ma classe. Maintenant, il me reste des centaines de papiers à fournir, à photocopier, à joindre, à remplir… L’Education Nationale ne plaisante pas avec la paperasse, elle ne fait pas les choses à moitié.

  • Coupon réponse ou autrement dit d’acceptation du poste, comme si je m’étais battue pour y renoncer tiens, drôle de questionnement 😛
  • Fiche de renseignements
  • Attestation sur l’honneur en double (Bah oui, c’est important de fournir deux fois exactement la même chose que deux personnes puissent stocker ce papier annonçant que je n’ai jamais travaillé dans la fonction publique ><‘)
  • Ma carte d’identité
  • L’attestation allant avec ma carte vitale, pourquoi me demander ce papier que je ne sais pas où j’ai bien pu le mettre depuis toutes ces années alors que tous mes précédents employeurs (l’Education Nationale aussi d’ailleurs pour mon EAP) se satisfaisaient très bien de la photocopie de ma carte vitale elle-même Grrr
  • L’attestation de la journée d’appel
  • Mes résultats de master – comme si l’EN, elle-même, n’était pas assez bien placé pour savoir qu’évidemment aucun papier annonçant la validation de notre première année ne nous a été remis 😛
  • L’inscription à l’ESPE que l’on ne peut pas avoir avant notre affectation…
  • La demande d’affiliation à la MGEN où il faut prendre rendez-vous…
  • Le certificat médical effectué par un médecin agréé avec qui il faut se battre pour ne pas avancer les frais puisque de toute façon l’EN ne nous remboursera pas directement…

BREF ! Un sacré parcours du combattant tiens. Mais bizarrement c’est une paperasse qui donne tout de même le sourire. Une de ces étapes désagréable que l’on fait avec plaisir quand même parce que c’est une étape ridicule pour atteindre un objectif, un rêve.

Pour ce qui est de l’affectation, nous n’avons pas trop d’informations. Nous savons seulement qu’à partir de lundi 27 juin nous pourrons commencer à faire nos vœux sur leur site internet. Evidemment, les miens seront rentrés le jour-même ! On doit trier les 29 circonscriptions du département. J’ai déjà bien commencé à avancer mais une fois les 6 premiers vœux mis les autres font peur ! Tout est loin, pas accessible par rapport à la maison, galère en voiture, je refuse de le faire en transport en commun, c’est une conviction de vie pour moi >< Fainéantise ou croyance ridicule ? Je n’en sais rien mais je me refuse de rentrer dans cette galère l’année la plus importante de ma vie – je n’exagère pas du tout et suis donc très objective >.<‘ Je l’ai évité pendant toutes mes études supérieures et je ne me vois pas du tout me balader dans le train, le bus, le tram ou tout ce que vous voulez avec des cahiers d’élèves, toutes mes photocopies, mes projets… Le coffre de ma voiture sera parfait pour cette activité de transports 😛

Ayant une peur bleue de cette affectation lointaine, j’ai commencé à effectuer des statistiques ridicules. Je m’explique étant arrivé 110ème. J’ai été la 110ème pour qui on a regardé les vœux pour mon département MAIS pour mon affectation DANS le département, il n’y a plus 109 personnes devant moi, évidemment tout le monde n’a pas demandé mon département quand même. C’est la que ma psychose prend le dessus, ma passion pour les listes et les informations presque inutiles. J’ai donc été sur le site du SIEC pour revoir les résultats, écrit les 109 numéros sur ma petite feuille et j’ai cherché dans la liste les 109 personnes devant moi dans les A, les B, C, D… Jusqu’au Z. Je me retrouve donc avec 109 noms sur mon carnets, que vais-je en faire ? Et bien, je prends la liste des affectations du concours externe et je cherche chaque nom pour trouver leur affectation départementales (Merci ctrl + F) et grâce à un super jeu de patiente et de couleurs j’apprends que dans les 109 premiers :

  • 15 seulement sont dans l’Essonne (91)
  • 18 dans le Val d’Oise (95)
  • 34 dans les Hauts-de-Seine (92)
  • 44 dans les Yvelines (78)

Ne vous moquez pas de moi hein, c’est pas de ma faute si je suis comme ça Ahaah Et là, à mon grand désespoir… Il fallait que je choisisse le département où il y a le plus de monde #PoissePower, de toute façon ce genre de petites poisses c’est génétique chez moi.

J’ai donc décidé qu’au moins la moitié devait habiter loiiiiiin de chez donc plus que 20 personnes devant moi à éliminer, c’est presque logique j’habite dans un coin qui ne vend pas particulièrement du rêve logiquement les personnes venant de la province ne vont donc pas non plus cherché à y aller, même si on y est très bien nous et qu’on y resterait bien trèèèèès longtemps hein ! Entre Versailles, Vélizy, La-Celle-Saint-Cloud, et toute cette petite région la plus proche de Paris, je suis sûre que ce sera dans les plus demandé. Alors d’après mes statistiques et mes réflexions personnelles, j’obtiendrai un de mes 3 premiers voeux de circonscriptions. C’est optimiste mais pas utopique, je pense qu’au vu de mon classement ça reste rationnelle. Alors je n’ai plus qu’à ne pas me tromper dans mes 3 premiers voeux 😛

Un nouveau stress mais qui fait du bien je trouve ! Vivement mi-juillet que l’on est les réponses, je suis tellement mais tellement impatiente de connaître tout ça et si par chance et bonheur, je pouvais connaître mon niveau pour me projeter réellement cet été, ce serait le piiiied 😀


Et vous, vous avez eu vos secteurs voulus ? Les affectations ça se passe comment dans vos académies ?


 

 

 

Une nouvelle aventure qui démarre…

Et voilà, la grande nouvelle est enfin arrivée mardi dernier ! Après une terrible journée d’attente, de désespoir, de doute, une nuit d’insomnie, en bref : l’horreur quoi !

Vers 18h05 la bonne nouvelle est tombée 😀 Je serai PES à la rentrée prochaine et oui, mon petit rêve d’enfant et moi, on y est parvenu. Après tout ce travail et cette acharnement, ces 4 années compliquées, la première étape est franchie et avec brio : 110 ème de l’académie de Versailles.

Je suis épatée par mes notes, je pensais avoir réussi c’est vrai, je pense que j’ai donné tout ce que je pouvais cette année et mon travail a payé bien plus que prévu :

  • Français : 31 / 40
  • Mathématiques : 27 / 40
  • CSE : 58 / 60                                                    Soit une moyenne de 17,5 / 20 😍
  • EPS : 39 / 40
  • Arts visuels : 55 / 60

Incroyable, non ? Ce ne sont pas que les autres qui y arrivent aussi bien alors ? Et bien voilà, je suis la preuve vivante qu’une éternelle élève moyenne dans toutes les disciplines peut réussir lorsqu’elle a de véritables objectifs, une motivation imperturbable. Je voulais être maîtresse, j’ai toujours voulu et je le serai dès septembre prochain.

C’est tellement agréable ce soulagement, cette victoire personnelle. Savoir que je n’ai pas fait tout ça pour rien et surtout… que cette terrible année ne va pas se répéter. J’ai une grosse pensée pour mes copines de galère qui n’y sont pas parvenu, celles qui n’ont pas eu de chances, qui ne comprennent pas encore leurs erreurs, celles pour qui le niveau était trop haut, celles qui vont devoir reprendre confiance en elle petit à petit et y croire à nouveau. Pour vous, les copines sachez que vous en êtes capable, ce n’était pas pour cette année et le destin n’est pas juste… Mais vous allez redoubler d’efforts parce je SAIS que vous êtes super motivée et que vous serez des profs du tonnerre. Vous le méritez simplement et quand vous aurez cette bonne nouvelle vous serez encore plus fière de vous en repensant à votre chemin, vous n’aurez pas baissé les bras ! Le jeu en vaut la chandelle, promis, juré !

Croyez en vous mes Copiiiiiines

 

 

 

 

 

 

Du modelage au film d’animation

     Mon premier vrai projet monté seule pour mon oral du CRPE. Mon objectif était tout d’abord de travailler en arts visuels autrement que ce que les élèves de ma classe de CE1-CE2 ont l’habitude avec ma tutrice. Très régulièrement, cette activité se limite à de la peinture, du dessin ou au mieux du découpage et collage… Autant dire que j’avais un vaste choix pour ouvrir leur horizon.

     Mais j’ai rapidement appris que dans l’école, on disposait d’une classe mobile de tablettes tactiles quasiment inutilisée alors là, c’était sur avec l’arrivée des nouveaux programmes prônant l’utilisation des TICE en long, en large et au travers : je ne passerai pas à côté. L’idée m’est alors venue du film d’animation.

     L’utilisation des tablettes, c’est bien, le film d’animation aussi mais concrètement qu’est-ce que ça peut donner en vrai ? Il s’est trouvé qu’en parallèle à l’ESPE notre prof d’arts plastiques nous a donné un projet en binôme avec un grain de riz, le sujet était : « Faites-en un grain de folie ! »

L’idée était toute trouvée, c’était le moment idéal pour tester le stop-motion et voici le résultat !

    Après cette première étape, j’ai décidé d’en parler avec ma tutrice en espérant qu’elle me laisserait expérimenter dans sa classe. Mais les circonstances ont fait qu’une collègue m’a proposé de mettre ça en place dans sa classe la semaine suivante. Evidemment, en une semaine je n’avais pas le temps de pondre un séquence digne de ce nom. Alors après une séance de découverte du principe du film d’animation, le principe d’image par image, j’ai amené l’idée d’essayer nous aussi de créer quelque chose. Quelques jours seulement après les tristes et terribles évènements de novembre, le thème était trouvé d’avance. On parlerait de l’égalité, qu’est-ce qui fait que l’on est différent et pourtant tous pareils et égaux. Le débat a été tellement intéressant et fourni, j’avais la chance d’avoir des élèves ayant plein d’origines différentes, de religions différentes mais c’est autre chose… Du coup, je leur ai proposé de dessiner un bonhomme chacun ! Nous avons reparlé des différences physiques et du fait qu’une différence physique n’induis pas forcément le partage de mêmes idées. Une personne de telle origine peut avoir des idées totalement différente qu’une autre venant d’une même endroit pourtant ou tout plein de choses dans ce genre… J’assistais vraiment à cet échange en dehors, je les relançais parfois mais les idées et toutes ces belles paroles venaient d’eux, c’était génial !  Ensuite, nous  avons découpé les bonhommes et chacun leur tour ils sont venus déposer leur bonhomme autour de la Terre et prendre une photo. Puis, un élève était chargé de bouger un petit peu chaque bonhomme, un autre de prendre une photo et on tournait. C’était une séance très dirigée et malgré l’investissement et la sagesse des enfants, ce n’était pas du tout ce que je voulais à la base. Enfin bon, voilà le résultat des CE2 pour leur plus grande fierté quand je suis revenue leur montré une fois monté ! 😀

    Après cela, j’ai longuement réfléchi, j’avais une seule idée fixe : je voulais que les élèves se rendent compte par eux-mêmes des caractéristiques du film d’animation, que cela leur apparaisse comme une évidence, qu’elle leur soit nécessaire, qu’ils expérimentent, se questionnent, argumentent, débattent sur les différentes idées et possibilités. Pour facilité les mouvements des personnages et compagnie, j’ai décidé d’utiliser de la pâte à modeler ! N’ayant pas le budget pour acheter de la Play-Doh à mes 25 monstres. J’ai trouvé une super recette. Et après des heures et des heures intensives de réflexions, j’ai trouvé LA consigne idéale, « Après avoir modeler vos personnages,  vous immortaliserez leur rencontre grâce à votre tablette MAIS vous ne devrez à aucun moment apparaître sur ces souvenirs ni vos visages, ni vos mains, rien du tout. »

    Avec cette consigne l’objectif était qu’ils se rendent compte qu’ils ne pouvaient pas utiliser la vidéo et donc, cherche à trouver d’autres solutions et ça a plutôt très très bien fonctionné ! Ils ont été plein des bonnes idées :

Fiche séquence (pdf)

Fiche séance n°1 (pdf)

Fiche séance n°3 (pdf)

     Voilà ma petite séquence avec mes petits bilans, si vous avez des questions et des commentaires n’hésitez absolument pas !

      Et si jamais ça peut aider plus tard certaines personnes, en inspirer d’autres ou je ne sais quoi d’autre, je vous propose de jeter un coup d’oeil à mon dossier entier : Dossier CRPE arts visuels

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pâte à modeler

    Pour ma petite séquence d’arts visuels, j’ai dû trouver, ici, une recette de pâte à modeler beaucoup moins cher que celle du commerce et le rapport qualité/prix de ma recette est top ! Il faut bien faire attention à la garder bien enfermé dans un sac hermétique avec le moins d’air possible mais c’est vraiment le top ! Plus agréable à manipuler que la Play-Doh même je trouve, elle est toute douce et hyper malléable.

Franchement, je suis fan ! Je vous la propose donc : Pâte à modeler maison (pdf).

Capture d’écran 2016-06-16 à 20.58.13

Qui suis-je ?


              JEUNE ÉTUDIANTE DE 22 ANS, J’AI TOUJOURS                              VOULU DEVENIR PROFESSEURE DES ÉCOLES


    Il y a 4 ans, j’obtiens mon BAC et mon premier voeu pour débuter mes études supérieures, ce sera donc une licence pluridisciplinaire Education, Travail et Formation  proposant un parcours professorat des écoles que j’intègre bien évidemment l’année suivante ! Je fais donc mes valises l’été 2012 pour m’installer loin de ma petite famille – au grand malheur de ma maman -, de mon copain et de toutes mes habitudes. C’est parti pour 3 ans dans mon petit studio de 22m2. Malgré un début très compliqué, je m’accroche et fais enfin connaissance avec des personnes formidables qui m’aideront à survivre aux débuts compliqués de la séparation et l’éloignement.

    Pendant ma première année de licence, je me tiens informer en permanence sur le concours et tout ce qui tourne autour et entièrement par hasard, je tombe sur un nouveau dispositif : les Emplois Avenir Professeur. Venant d’une famille monoparentale dans l’incapacité de m’aider financièrement malgré la plus grande volonté du monde, c’est le destin qui m’envoie cette annonce ! Un emploi à temps-partiel, dans une école sous la responsabilité d’un tuteur, prenant en compte mon statut d’étudiante et donc l’importance de mes études m’offre de quoi payer mon loyer ! En octobre 2013, j’intègre le dispositif et j’y suis toujours !

    Pourtant à la rentrée dernière, j’ai quitté mon premier appart’ et suis revenue près de mes proches.. J’ai du me battre pour obtenir un renouvellement de contrat en changeant d’académie mais il n’était même pas envisageable qu’ils me le refusent, j’en avais besoin tant financièrement que moralement. Avoir un pied à l’école pendant cette année compliquée du CRPE a été un vrai coup de pied au c*l les mauvais jours et rassurant lorsque le moral flanchait. Dans ma petite classe de CE1-CE2, lorsque je prends la classe, je me sens à ma place. Je prends mon pied à enseigner, à corriger les cahiers, à préparer pendant des heures des séances pour sortir les élèves d’une routine… Mes collègues me prennent pour une dingue parfois et me disent que je me prends trop la tête, que je pourrais et devrais faire plus simple. Mais sachez que je n’ai pas choisi ce métier par facilité : je l’ai choisi par conviction et vocation, j’ai besoin de voir l’investissement des élèves et leurs sourires face à une nouvelle situation-problème, besoin de sentir qu’ils s’intéressent pas seulement par obligation mais parce que ça leur parle.

    Voilà un peu qui je suis, une p’tite étudiante passionnée et motivée à bloc. Le 9 juin dernier, je passais ma dernière épreuve du CRPE. Depuis j’attends les résultats avec impatiente et pour cela, j’ai senti le besoin de partager tout ça, de prendre le temps de mettre en mots ici mes envies, mes projets, mon travail, de partager avec vous toute ma petite vie de future maîtresse !